Migrations

Migrations internes et externes

De 1989 à 2009, le solde des migrations internes est déficitaire de 4 100 personnes aux îles Loyauté, 3 300 au Nord-Est et 300 dans le Sud rural. A l’inverse, l’excédent de migrations internes s’établit à 7 400 personnes dans le Grand Nouméa et à 300 dans le Nord-Ouest.

Si les migrations externes ont été faibles durant les années 1980, les arrivées ont repris à partir de 1989. De 1989 à 2009, le solde migratoire annuel moyen des non-natifs est proche de 1 200. Il convient de souligner l’importante rotation apparente de ce groupe : pour deux non-natifs arrivants, un non-natif repart.

De nombreux natifs quittent l’archipel pour des études ou des motifs professionnels. Certains étudiants choisissent aussi parfois de décaler leur retour. De 1989 à 2009, le solde migratoire annuel moyen des natifs est proche de -360.

Ainsi, tous lieux de naissance confondus, le solde migratoire annuel moyen de 1989 à 2009 s’établit à environ 900.

 

 

 

Lexique
  • Migration
  • Recensement de la population
  • Solde migratoire / Solde migratoire apparent
Migration

Déplacement d’une personne quittant son lieu de naissance ou de résidence pour un autre lieu de vie.
On distingue deux types de migration : les migrations internes (à l’intérieur d’un même pays, d'une région ou d'une commune à une autre) et les migrations externes ou internationales (d’un pays vers un autre, dans le but de s'y établir).

Recensement de la population

Opération qui consiste, d’après la définition retenue par l’Organisation des Nations Unies (ONU), à recueillir, grouper, évaluer, analyser et publier les données démographiques, économiques et sociales se rapportant, à un moment donné, à tous les habitants d’un pays.
Il permet de remettre à jour périodiquement les connaissances disponibles sur la population : répartition détaillée par sexe, âge, état matrimonial, situation d'activité ...
En Nouvelle Calédonie, les recensements relèvent de la compétence de l'Etat français et sont réalisés par l'Institut National de la Statsitique et des Etudes Economiques (INSEE) associé avec l'ISEE par une convention technique.

Solde migratoire / Solde migratoire apparent

Le solde migratoire (ou accroissement migratoire) est la différence au cours d'une période donnée, entre le nombre de personnes entrées sur le territorie et le nombre de personnes sorties de ce territoire, quel que soit leurs lieux de naissance. Ce concept est indépendant de la nationalité.
La variation totale de population a deux composantes : le solde naturel et le solde migratoire. Quand le solde migratoire est déterminé par différence entre la variation de population et le solde naturel, on parle de solde migratoire apparent

Les donnéesTableaux et séries statistiques

Consulter les données historiques sur :

 

AnalyseRésultats commentés

Les flux migratoires externes de la Nouvelle-Calédonie de 1989 à 2009 – INSEE – Février 2011 :

La différence entre les entrées en Nouvelle-Calédonie et les sorties (solde migratoire global) est estimée à 900 personnes en plus par an entre 2004 et 2009. C'est plus que la valeur moyenne de la période 1996-2004 (+ 500 personnes par an), mais moins qu'au cours des années 1989-1996 (+ 1 200 personnes par an).
Lire la suite


Deux calédoniens sur trois vivent dans le Grand Nouméa – ISEE / Recensement de la population 2009 – Février 2011 :

La capitale et sa périphérie (Le Mont-Dore, Dumbéa et Païta) continuent de polariser l’essentiel des migrations externes, mais aussi internes en provenance des Îles Loyauté et de la côte est de la province Nord. En 13 ans, la population nouméenne a augmenté de 21 000 personnes, soit + 1,9% par an.


 Voir la dernière synthèse des Tableaux de l’Economie Calédonienne (TEC) concernant concernant :

ComprendreComment l'informationest-elle produite ?

En savoir +Références documentaires

  • Atlas de la Nouvelle-Calédonie – IRD / Congrès de Nouvelle-Calédonie – Février 2013 : planche 29 La population en 2009