Santé

 Chiffres clés :

Indicateurs Valeur Unité Période Evol. / 1 an
47 217 Nb 2015 +4,2 %
1 696 Nb 2015 +4,2 %
357 Nb 2015 -4,8 %
9,5 Litre Alcool Pur 2015 -2,1 %
4,7 cigarette 2016 ///
339 736 F.CFP 2015 +5,3 %
Lexique
  • Causes de décès
  • Consommation médicale totale
  • Dépense de santé
  • EVASAN
  • Femme/année sous contraception
  • Litre d'alcool pur (LAP)
  • Longue maladie
  • Maladie professionnelle
  • Maladies à déclaration obligatoire
  • Mort violente
Causes de décès

La délibération n°99/CP du 13 mars 1991 du congrès a rendu obligatoire, à partir du 1er mai 1991, le modèle standardisé du certificat médical de décès, qui porte des renseignements sur les causes de décès. L'ananlyse de ces causes porte sur la cause initiale, c'est à dire celle mentionnée par le médecin comme étant l'origine de l'enchaînement pathologique ayant abouti au décès. Les causes sont réparties en 21 groupes, conformément à la classification internationale des maladies (CIM-10).
L'acte de décès est établi dans la commune où a eu lieu le décès.

Consommation médicale totale

C’est la valeur des biens et services médicaux utilisés en Nouvelle-Calédonie pour la satisfaction directe des besoins individuels de santé. Elle comprend la consommation de soins et de biens médicaux et les dépenses des services de médecine préventive. La consommation de soins et de biens médicaux recouvre des postes de dépenses tels que l’hospitalisation, les soins ambulatoires, les évacuations sanitaires, les honoraires des médecins et le coût des prescriptions (auxiliaires médicaux, pharmacie, analyses, prothèses, transports sanitaires) auxquels s’ajoutent les soins dentaires. On distingue la consommation de soins (qui comprend l’ensemble des soins hospitaliers et ambulatoires délivrés par les hôpitaux, les professionnels libéraux, les structures de circonscription médicales et les centres de soins des provinces et des organismes de protection sociale) et la consommation de médicaments et autres biens médicaux (optique, orthopédie…). Les dépenses relevant de la médecine préventive individuelle correspondent aux dépenses liées aux vaccinations, dépistages et surveillance médicale, ainsi qu’à la médecine du travail.

Dépense de santé

C’est la somme des dépenses engagées au cours d’une année au titre de la santé par l’ensemble des financeurs de ce système : la CAFAT, les provinces et la Nouvelle-Calédonie au titre de l’aide médicale, les organismes de protection complémentaire (mutuelles, sociétés d’assurance, institutions de prévoyance) et les ménages eux-mêmes. Elle s’obtient en ajoutant à la consommation médicale totale, les indemnités journalières, la recherche, la formation des personnels de santé et les frais de gestion du système de santé et les campagnes de prévention collective (campagnes d’information et d’éducation à la santé).

EVASAN

Des évacuations sanitaires ont lieu vers le Centre Hospitalier Territorial (CHT) de Nouméa pour permettre aux malades de recevoir des soins appropriés à leur état de santé. Lorsque le diagnostic et/ou le traitement d’une maladie ne sont pas réalisables en Nouvelle-Calédonie, soit par manque d’infrastructure matérielle soit par absence de praticien spécialisé, il est procédé à des évacuations sanitaires (Evasan), hors du territoire principalement vers l’Australie (dans 80% des cas) ou vers la Métropole. Elles concernent principalement des tumeurs (47% des cas) ou des maladies de l’appareil circulatoire (25%). Ces dernières années, l’installation sur le territoire d’un nouveau plateau technique IRM, les modifications du protocole de traitement des cancers de la thyroïde et la mise en place de la coronarographie au CHT, ont permis de réduire le nombre d’Evasan.

Femme/année sous contraception

Afin d’obtenir une estimation du taux de contraception des femmes calédoniennes, la DASS utilise les données concernant la vente des produits contraceptifs. Elle rapporte le nombre total de plaquettes de contraceptifs oraux vendus au nombre annuel nécessaire pour une année de contraception, et obtient ainsi une estimation du nombre de femmes sous contraception orale pour un an. Ce calcul est aussi fait pour la contraception par voie IM (Intra Musculaire) (4 injections par an pour les produits utilisés en Nouvelle-Calédonie), et pour les DIU (Dispositif Intra Utérin) (on considère ici qu’un DIU a une durée moyenne de 5 ans). Les autres moyens de contraception, comme les préservatifs et autres méthodes ne sont pas comptabilisés.

Litre d'alcool pur (LAP)

Cette unité permet d’additionner des produits de types différents, en ne comptabilisant que l’alcool pur contenu, pour suivre la variation dans le temps de la consommation. Pour permettre ce calcul, il est supposé que la bière a en moyenne un degré d’alcool égal à 5%, le vin à 12% et les alcools forts à 40%.

Longue maladie

La CAFAT au titre de l'assurance maladie, classe dans le Régime des Longues Maladies certaines affections qui nécessitent une prise en charge particulière. La loi du pays n°2001-016 du 11 janvier 2002, modifiée le 8 juin 2006, a introduit le protocole de soins personnalisés. Seuls les actes inscrits au protocole et validés par le contrôle médical ouvrent droit au remboursement en “longue maladie”.

Maladie professionnelle

Est présumée d'origine professionnelle toute maladie désignée dans un tableau de maladies professionnelles et contractée dans les conditions mentionnées à ce tableau. Peuvent également être reconnues d'origine professionnelle, après avis du Comité Territorial de Reconnaissance des Maladies Professionnelles (CTRMP) :

  • une maladie telle que désignée dans le tableau lorsqu'une ou plusieurs des conditions prévues (délai de prise en charge, durée d'exposition ou liste limitative des travaux) ne sont pas remplies et qu'il est établi qu'elle est directement causée par le travail habituel de la victime ;
  • une maladie caractérisée, non désignée dans le tableau, lorsqu'elle est essentiellement et directement causée par le travail de la victime et qu'elle entraine le décès ou une incapacité permanente partielle d'au moins 25%.
Maladies à déclaration obligatoire

La déclaration de certaines maladies est rendue obligatoire par la délibération n°423 du 26 novembre 2008. La liste des maladies devant faire l’objet d’une déclaration obligatoire de données individuelles a été mise à jour pour y inclure de nouvelles maladies faisant l’objet d’une déclaration en métropole, tout en conservant la déclaration des maladies spécifiques à la Nouvelle-Calédonie. Le dispositif de déclaration, désormais nommé notification peut, selon les maladies et leur risque épidémique se dérouler en 2 étapes :

  • le signalement sans délai de toute maladie justifiant d’une intervention urgente à l’échelon local, national et international,
  • la notification des cas au moyen d’une fiche spécifique pour toutes les maladies.
Mort violente

Elle peut survenir de trois façons :

  • l’intervention d’un élément physique ou chimique, extérieur à l’individu, soudain et brutal. Il s’agit alors de l’accident (travail, circulation, vie privée) ;
  • l’intervention d’une ou plusieurs autres personnes, de manière volontaire ou non, mettant ainsi en cause l’ordre public et permettant la qualification pénale de délit ou de crime. Il s’agit par exemple des homicides ;
  • le suicide : l’action vulnérante a été générée par l’individu lui-même.