Naissances - Fécondité

Bilan démographique 2019 : la fécondité, témoin de la place active des femmes dans la société

La part des femmes de 15-49 ans dans la population féminine diminue progressivement pour ne représenter plus que 51 % en 2019, marquant une perte de près de 2 points par rapport à 2014. C’est ainsi que, structurellement, le nombre de naissances baisse, sous l’effet de la réduction continue du nombre de femmes en âge de procréer, mais aussi de la baisse de leur fécondité : l’indicateur conjoncturel de fécondité (ICF) passe sous le seuil de renouvellement des générations : de 2,1 enfants par femme à partir de 2016, pour atteindre 1,95 enfant par femme en 2019.

La baisse de la fécondité s’observe dans toutes les classes d’âge, mais elle est plus nette chez les femmes de moins de 30 ans. Seules les femmes de 30-34 ans stabilisent, voire augmentent légèrement, leur taux de fécondité de 1 %, passant de 102,8 ‰ à 103,7 ‰. Même si elle concerne peu de naissances (6 %), la fécondité des femmes de 45 ans et plus est en augmentation constante sur la période intercensitaire. L’amplitude de la fécondité a tendance à s’étendre davantage vers les dernières années de procréation des femmes, mais l’intensité de la fécondité à ces âges est naturellement moindre par rapport à celle des plus jeunes. Le retard à l’entrée dans la maternité ne peut donc pas toujours être rattrapé.

Lexique
  • Indicateur conjoncturel de fécondité (ICF)
  • Naissance / Naissance d'enfant déclaré vivant
  • Seuil de remplacement des générations
  • Taux de fécondité par âge
  • Taux de natalité
Indicateur conjoncturel de fécondité (ICF)

Encore appelé somme des naissances réduites (SNR) ou indice synthétique de fécondité (ISF), l'indicateur conjoncturel de fécondité est la somme des taux de fécondité par âge constatés une année donnée, pour les femmes de 14 à 49 ans. Cet indicateur donne le nombre d’enfants qu’aurait une femme tout au long de sa vie, si les taux de fécondité observés actuellement à chaque âge demeuraient inchangés.

Naissance / Naissance d'enfant déclaré vivant

Toute naissance survenue sur le territoire français fait l'objet d'une déclaration à l'Etat Civil. Cette déclaration doit être faite dans les trois jours suivant l'accouchement, le jour de l'accouchement n'étant pas compté dans ce délai. En outre si le dernier jour du délai est férié, celui-ci est prorogé jusqu'au premier jour ouvrable qui suit le jour férié. Si l'enfant est vivant au moment de la déclaration, on enregistre un acte de naissance. Un bulletin de naissance d'enfant déclaré vivant est établi à l'occasion de l'enregistrement de tout acte de naissance, enregistrement effectué dans la commune de l'accouchement. Les renseignements sont demandés au déclarant, et chaque fois qu'il est possible, contrôlés d'après le livret de famille.

Naissance d'enfant déclaré sans vie : En règle générale, un enfant doit être déclaré à l'état civil dès lors que la gestation a duré au moins 180 jours. Lorsqu'un enfant est sans vie au moment de la naissance (n'ayant pas respiré), l'officier de l'état civil ne doit pas dresser un acte de décès mais établir un acte d'enfant sans vie. Cet acte peut encore être dressé lorsque la déclaration est faite plus de trois jours après l'accouchement.
Un bulletin de mort-né ou d'enfant déclaré sans vie est établi à l'occasion de l'enregistrement effectué dans la commune où le corps de l'enfant se trouvait au moment où l'on a constaté qu'il était sans vie.
Pour les enfants nés vivants (ayant respiré) et décédés avant la déclaration de leur naissance à l'état civil, les conditions d'enregistrement ont été modifiées en 1993 par la loi n°93-22 du 8 janvier 1993. Avant cette datte, ces enfants, communément appelés "faux morts-nés" étaient déclarés de la même manière que les morts-nés avec une distinction concernant les signes de vie à la naissance. Désormais, pour ces enfants, les officiers d'état civil enregistrent la naissance et décès séparément.

Seuil de remplacement des générations

On considère que le remplacement des générations est assuré lorsqu’il naît 2,08 enfants par femme. Ce seuil est calculé de la manière suivante :

  • 2 car la femme doit se remplacer elle-même et son conjoint,
  • 0,05 car il naît plus de garçons que de filles (105 garçons pour 100 filles)
  • et 0,03 pour tenir compte de la mortalité féminine, très faible, avant l’âge moyen à la maternité.
Taux de fécondité par âge

C'est un taux de fécondité par génération : c’est le rapport du nombre d’enfants nés au cours de l’année, de femmes d’une même génération, à l’effectif de cette génération de femmes au début de l’année. La somme des taux de fécondité des femmes de 14 à 49 ans (établis pour la même année) est appelée sommes des naissances réduites ou indicateur conjoncturel de fécondité.

Taux de natalité

Rapport du nombre de naissances vivantes enregistrées au cours d’une année à la population totale du milieu de l’année.