Décès - Mortalité - Espérance de vie

Bilan démographique 2019 : la mortalité comme effet miroir de l'allongement de la durée de vie

Avec 140 cas supplémentaires entre 2015 et 2019, les décès ont augmenté de 9 % sur la période, soit au rythme de 1,8 % par an en moyenne. En Nouvelle-Calédonie la mortalité est assez faible avec un taux global de mortalité inférieur à 6 ‰. Les générations nées nombreuses depuis le milieu du 20e siècle ont bénéficié de progrès considérables, de leurs conditions de vie et de l’accès aux soins. Ainsi, leur espérance de vie a progressé et le sommet de la pyramide des âges s’élargit rapidement. Aujourd’hui, dans les classes d’âges les plus élevées, pour lesquelles la mortalité est inévitablement la plus forte, le nombre de décès augmente sans surprise. Constatant que le taux de mortalité prématurée des moins de 65 ans ne varie pas sur la période, c’est la mortalité des plus âgés qui influence le taux de mortalité à la hausse.

Les décès survenus avant le premier anniversaire (mortalité infantile), inférieurs à 30 en 2019, sont relativement rares en Nouvelle-Calédonie. Rapportés au nombre de naissances de l’année, le taux de mortalité infantile est d’environ 7,3 ‰ en 2019, assez proche de celui observé en Polynésie française (7,4 ‰).

L’espérance de vie à la naissance est un indicateur permettant de saisir l’impact de l’évolution de la mortalité sur la durée de vie de la population. En Nouvelle-Calédonie, elle s’élève en moyenne à 77,7 ans en 2019, avec un écart de 6,2 ans entre hommes et femmes, en faveur des femmes (80,9 ans). L’espérance de vie à la naissance s’élève à 82,6 ans en France, à 82,7 ans en Australie, à 81,7 ans en Nouvelle-Zélande, et à 77,7 ans en Polynésie française.

Lexique
  • Espérance de vie
  • Indicateur conjoncturel de fécondité (ICF)
  • Naissance / Naissance d'enfant déclaré vivant
  • Taux de mortalité
Espérance de vie

(ou durée moyenne de vie) : Estimation du nombre moyen d'années qu'une personne peut escompter vivre encore, en fonction des taux de mortalité par âge d'une année ou période d'année.

Indicateur conjoncturel de fécondité (ICF)

Encore appelé somme des naissances réduites (SNR) ou indice synthétique de fécondité (ISF), l'indicateur conjoncturel de fécondité est la somme des taux de fécondité par âge constatés une année donnée, pour les femmes de 14 à 49 ans. Cet indicateur donne le nombre d’enfants qu’aurait une femme tout au long de sa vie, si les taux de fécondité observés actuellement à chaque âge demeuraient inchangés.

Naissance / Naissance d'enfant déclaré vivant

Toute naissance survenue sur le territoire français fait l'objet d'une déclaration à l'Etat Civil. Cette déclaration doit être faite dans les trois jours suivant l'accouchement, le jour de l'accouchement n'étant pas compté dans ce délai. En outre si le dernier jour du délai est férié, celui-ci est prorogé jusqu'au premier jour ouvrable qui suit le jour férié. Si l'enfant est vivant au moment de la déclaration, on enregistre un acte de naissance. Un bulletin de naissance d'enfant déclaré vivant est établi à l'occasion de l'enregistrement de tout acte de naissance, enregistrement effectué dans la commune de l'accouchement. Les renseignements sont demandés au déclarant, et chaque fois qu'il est possible, contrôlés d'après le livret de famille.

Naissance d'enfant déclaré sans vie : En règle générale, un enfant doit être déclaré à l'état civil dès lors que la gestation a duré au moins 180 jours. Lorsqu'un enfant est sans vie au moment de la naissance (n'ayant pas respiré), l'officier de l'état civil ne doit pas dresser un acte de décès mais établir un acte d'enfant sans vie. Cet acte peut encore être dressé lorsque la déclaration est faite plus de trois jours après l'accouchement.
Un bulletin de mort-né ou d'enfant déclaré sans vie est établi à l'occasion de l'enregistrement effectué dans la commune où le corps de l'enfant se trouvait au moment où l'on a constaté qu'il était sans vie.
Pour les enfants nés vivants (ayant respiré) et décédés avant la déclaration de leur naissance à l'état civil, les conditions d'enregistrement ont été modifiées en 1993 par la loi n°93-22 du 8 janvier 1993. Avant cette datte, ces enfants, communément appelés "faux morts-nés" étaient déclarés de la même manière que les morts-nés avec une distinction concernant les signes de vie à la naissance. Désormais, pour ces enfants, les officiers d'état civil enregistrent la naissance et décès séparément.

Taux de mortalité

Rapport entre le nombre de décès de l’année et la population du milieu de l’année.
Taux de mortalité infantile : rapport du nombre d’enfants décédés au cours de l’année avant leur premier anniversaire au nombre de naissances vivantes de l’année.